jeudi 8 novembre 2012

Présentation



Dix ans de présence de la Compagnie au Togo

Les Centres Loyola

Vers la fin de l’année 2001, deux pères jésuites, sont arrivés à Lomé envoyés par leur Père Provincial. Monseigneur Philippe KPODZRO, archevêque de cette ville, en avait fait la demande au Provincial de la AOC. Son intention était de leur confier la direction et l’animation d’un Centre de spiritualité qu’il venait de construire.

En réalité, compte tenu des besoins pastoraux du quartier où les deux jésuites avaient fait l’acquisition d’un terrain pour y construire leur résidence, l’archevêque de Lomé leur a plutôt demandé de s’engager dans des activités de formation de la jeunesse de ce quartier en pleine expansion dans la banlieue Nord de la ville.

De cette demande est né le projet de la réalisation d’un Centre Culturel et d’un Complexe sportif.

Dans la mise en œuvre de ce projet, la présence discrète mais efficace de Celui qui avait appelés ces deux pères à servir au Togo, s’est faite sentir par des signes éloquents.
D’abord l’hospitalité que le Frère Michel MESSAN, provincial des Frères des Ecoles Chrétiennes leur a offerte dans sa communauté, sans limite de temps. Ils seront les hôtes de cette communauté des Frères pendant deux ans. Il en naîtra une profonde amitié dans le Seigneur et le devoir d’une reconnaissance impérissable.

Ensuite, un jeune togolais très compétent en construction, leur a proposé sa collaboration gratuite pour la direction des chantiers de la résidence et des bâtiments qui seront construits pour abriter les activités apostoliques de la communauté. Dix années de collaboration fraternelle qui a permis des économies substantielles.

Enfin la grande générosité de la Compagnie universelle (FACSI) et des provinces mères qui ont fourni les fonds suffisants à la construction des quelques 5.500 m² que comptent nos bâtiments, en un temps relativement court.

Le Centre Culturel Loyola (CCL) a commencé ses activités en janvier 2004 dans les locaux de la résidence St Ignace. A partir de 2005, le CCL a pu disposer d’un bâtiment de 1500 m² entièrement équipé pour donner aux élèves et aux étudiants qui le désirent, une formation intellectuelle, humaine et spirituelle qui se veut complémentaire à celle qui est donnée dans les établissements d’enseignement aussi bien publics que privés. Depuis 2009, le CCL dispose d’un Complexe sportif qui permet d’utiliser le sport et la compétitivité comme un instrument de formation.

A côté du CCL est né le Centre Espérance Loyola (CEL) qui a comme vocation la lutte contre le SIDA. Au moment de la fondation du CCL, la création d’un Centre pour la lutte contre le Sida, ne faisait pas partie du projet. La première ébauche est venue du P. Michael CZERNY sj, responsable du Réseau Jésuite pour la lutte contre le SIDA en Afrique (AJAN) de passage à Lomé en 2002, qui a suggéré de créer à proximité du Centre pour la formation des jeunes, un Centre pour la lutte contre le SIDA dans le but de sensibiliser la jeunesse de la gravité du problème et l’impliquer dans des activités de prévention. Cette première suggestion a fait son chemin : elle a reçu d’abord l’accord du P. Provincial et ensuite la bénédiction enthousiaste de l’archevêque de Lomé. Avec l’aide et le soutien de AJAN, le bâtiment a été construit et les activités inaugurées en mars 2008.Grâce à leur proximité, les deux Centres collaborent et les jeunes qui fréquentent le CCL profitent certainement des programmes proposés par le CEL.

LE CENTRE CULTUREL LOYOLA

Le Centre Culturel Loyola est une œuvre sociale fondée par les Pères Jésuites de la Province d’Afrique de l’Ouest. Il a pour but de contribuer à la formation intellectuelle et humaine de la jeunesse d’Agoè-Nyivé, quartier périphérique de Lomé, la capitale du Togo, un pays de l’Afrique de l’Ouest. La ville de Lomé avoisine 1.000.000 d’habitants dont Agoè-Nyivé comble un microcosme regroupant plusieurs confessions religieuses, et majoritairement peuplé par la classe moyenne.

Dans cette perspective, le Centre est quasiment un appui de soulagement et de promotion des valeurs intellectuelles, humaines, spirituelles et morales. Il offre un cadre propice de travail à tous les élèves et étudiants, sans distinction de sexe et de religion, qui ne trouvent pas chez eux des conditions adéquates pouvant leur permettre de mettre en œuvre leur capacité intellectuelle. Afin d’aider la jeunesse d’Agoè-Nyivé à devenir des femmes et des hommes forts pour un Togo meilleur et prospère, le Centre dispose de plusieurs infrastructures, à savoir :

Le bâtiment central du CCL
Le bâtiment du centre dit CCL est le nexus du Centre Culturel Loyola. Il s’agit d’un bâtiment de 1500m2 comprenant une bibliothèque de plus de 4000 volumes, d’une salle de lecture et d’études, d’une salle informatique équipée d’une dizaine d’ordinateurs connectées à l’Internet. Plusieurs sessions d’initiation à l’outil l’informatique y sont organisées, afin d’aider les jeunes d’Agoè-Nyivé et de ses environs à acquérir une connaissance élémentaire en informatique. Cela leur facilitera les recherches sur Internet et la saisie des éventuels travaux de fin de cycle. Le bâtiment du CCL est entouré de hangars où les élèves de 3ème, 1ère et Terminales font leurs Travaux Dirigées (TD). Etant donné que, dans la journée, les étudiants sont au cours, les travaux dirigés débutent dans la soirée aux environs de 18 heures jusqu’à 20h30.

Le Complexe Sportif
A côté du bâtiment du CCL, le Centre Culturel Loyola dispose d’une grande concession de 13000 m3 qui abrite plusieurs structures, parmi lesquelles : la salle polyvalente et la salle de jeux. En effet, la salle polyvalente sert d’une part pour l’organisation des conférences, des journées philosophiques, recollections. Et d’autre part, elle est ouverte au public désirant y organiser des cérémonies de mariage ou autres activités moyennant le paiement d’une somme modique. S’agissant de la salle de jeux, elle est dotée de grandes variétés de jeux tant individuels que collectifs (scrabble, ping-pong, baby-foot, awalé, ludo, etc.). C’est un véritable espace de divertissement et d’épanouissement pour la jeunesse d’Agoè-Nyivé et ses environs.

Le Centre dispose aussi d’un terrain de basket, de volley, de handball, et d’un stade de football équipé de vestiaires pour les équipes et d’une petite tribune pour les spectacles. Au cours de l’année et surtout pendant les temps de vacances, le Centre organise de différentes activités culturelles sur le podium : théâtre, concert, concours de danses et de poèmes, de rédaction, etc.

Ainsi, le Centre prévoit la construction d’une salle moderne devant améliorer les prestations actuelles. Le Centre dispose par ailleurs d’une cafétéria qui est au service des abonnés et du personnel du Centre Loyola. Celle-ci a pour but de donner à nos abonnés, qui viennent de loin, la possibilité de s’alimenter lors de leur passage au centre.

En réalité, la concession du complexe sportif est un appui remarquable pour le Centre. Grâce à sa superficie, le Centre Culturel Loyola pourrait occuper la 1ère place sur tous les centres culturels présents au Togo, en matière d’infrastructures.

Quelle mission pour le Centre Culturel Loyola ?

Notre apostolat au CCL trouve son sens, mieux sa force dans les Exercices Spirituels de Saint Ignace, plus précisément dans la méditation de l’Incarnation et des deux Etendards. En effet, chaque jour, nous nous efforçons de percevoir le Centre avec un regard trinitaire qui envoie le Fils parmi les hommes pour les ramener vers le Père. Cela suppose donc un discernement ignacien au service du « Magis » le plus universel pour le salut des âmes. C’est dans cette perspective que, animés par l’esprit ignacien de l’excellence, les jésuites et le personnel qui y travaillent veulent, à travers cette œuvre, rendre aussi meilleure que possible la formation humaine, intellectuelle, culturelle et spirituelle de la jeunesse de Lomé.

Contrairement à d’autres centres culturels présents dans la ville qui mettent plus d’accent sur la formation intellectuelle et culturelle, les jésuites visent l’épanouissement de la jeunesse togolaise à travers les activités, intellectuelles, culturelles, spirituelles et sportives. A travers le CCL, les jésuites donnent un enseignement complémentaire aux jeunes. En effet, le but recherché est d’aider les jeunes à acquérir et à développer le sens du bien commun, en mettant leurs talents au service des autres. L’essentiel, étant la fraternité et l’amitié pour marcher ensemble.

Le Centre Culturel Loyola est donc un instrument apostolique et scientifique de valeur toute particulière au cœur de Lomé. Il partage la destinée des institutions jésuites qui à travers le monde œuvrent pour l’éducation intégrale de l’homme. Il bénéficie à ce titre du capital de prestige dont jouissent ces institutions de la Compagnie de Jésus. Face aux nombreux défis de notre temps, les jésuites d’Afrique de l’Ouest assignent au CCL la mission de répondre au défi du savoir, dans une fidélité créatrice à la tradition éducative de la Compagnie de Jésus. La pertinence de cette préoccupation se fonde sur la certitude que l’éducation constitue la voie inévitable pour accéder au développement intégral de l’homme.

En somme, à travers les activités intellectuelles, sportives, culturelles et spirituelles, le CCL répond à un  besoin pressant des jeunes togolais, dont les institutions académiques ne disposent plus d’espaces et d’instruments adéquats pour le travail de la recherche. Avec sa bibliothèque, forte de plus de 4000 volumes et de 50 titres de revues, dont plus de 25 revues courantes, le Centre participe au souci de formation intellectuelle, caractéristique de la tradition apostolique de la Compagnie de Jésus. On peut retenir trois objectifs saillants que poursuit le Centre :
  • L’adaptation aux circonstances de temps, de lieu et de personne en vue du « Magis » ;
  • La formation globale de la personnalité ;
  • Donner non seulement les connaissances, ni présenter exclusivement des modèles chrétiens, mais surtout apprendre à apprendre, en donnant aux enfants les armes pour la vie, mieux une vision de la vie.
Bref, éduquer à un savoir-faire-apprendre-penser-agir-et-être est notre mission et la raison d’être du Centre. Ainsi naîtront parmi les jeunes des points, puis des oasis et enfin de grandes étendues de culture intellectuelle, humaine, et spirituelle, à travers laquelle deviendra visible cette justice à laquelle tous aspirent.


LE CENTRE ESPERANCE LOYOLA

Le Centre Espérance Loyola est une œuvre des jésuites de la Province de l’Afrique l’Ouest (PAO) réalisé avec l’appui du Réseau Jésuite Africain contre le SIDA. La décision de créer ce centre de lutte contre le SIDA a été prise en septembre 2004 au cours d’une réunion regroupant le Provincial des Jésuites de l’Afrique de l’Ouest (RP Jean Roger Ndombi, sj), le Directeur du Réseau Jésuite Africain contre le SIDA – AJAN (RP Michael Czerny, sj) et le supérieur de la communauté jésuite de Lomé (RP Agide Galli). L’Archevêque de Lomé d’alors, Mgr Philippe Kpodzro, Président de la Conférence Episcopale du Togo, a été enthousiaste, au nom de l’Église togolaise. « Je souhaite que les choses avancent selon votre programme et que ce centre devienne le symbole chez nous, de l’engagement de l’Eglise catholique dans la lutte contre la pandémie du SIDA qui fait tant de ravage, surtout dans notre jeunesse ».

Ce « projet phare » de l’apostolat du SIDA de l’AOC inauguré le 30 mars 2007 est dirigé, depuis le 1er janvier 2010 par le jésuite béninois le Père Bernard Hounnougbo qui a succédé au Père Paterne MOMBE, jésuite centrafricain, pionnier de l’oeuvre. Le CEL envisage par tous les moyens conformes à l’enseignement de l’Eglise riposter à la pandémie du SIDA. La prévention, l’axe prioritaire d’action du CEL, se fait à travers la sensibilisation, l’éducation, le dépistage volontaire et anonyme, les activités des jeunes du groupe artistique rayon d’espoir (GARE) sous forme de messages audio-visuels. Le CEL mène ses activités de sensibilisation et d’éducation dans les collèges et lycées du quartier d’Agoè-Nyivé et en faveur des jeunes en milieu extrascolaire du même quartier. On peut citer les formations d’éducation à la vie, de pairs éducateurs, des enseignants ; des camps de vacances, des causeries pour jeunes des corps de métier.

Le CEL a lancé un concept de prévention chez les jeunes, G. Djé Ayé (Génération Prudente), qui est un programme d’éducation aux valeurs et de la formation intégrale des jeunes pour renforcer leurs capacités à faire face à l’épidémie du SIDA et aux défis de la vie en adoptant les compétences de vie courante. L’expérience du CEL encourage la stratégie A (Abstinence), B (Bonne fidélité mutuelle), C (Chasteté), D (Dépistage), E (Environnement sain sans VIH).

Autre priorité, le CEL s’occupe de la prise en charge psycho-spirituelle, nutritionnelle et médicale de centaine de personnes infectées ou afféctées par le VIH. Il existe à ce jour, une association de personnes infectées et de ceux qui les soutiennent dénommée association saint Louis de Gonzague (ALG). Le CEL a organisé en août-septembre 2009 une session aux activités génératrices de revenus pour les PVVIH afin de les aider à lutter contre la pauvreté. Le CEL intervient aussi dans le renforcement des capacités de centaine de personnes provenant des structures locales de lutte contre le VIH/SIDA en organisant des formations aux techniques de counseling pastoral, de prise en charge nutritionnelle, d’activités génératrices de revenus et de gestion de cycle de projet.

En mars 2009, un atelier sur la formation des pairs éducateurs et mobilisateurs communautaires a été organisé par le CEL en collaboration avec AJAN (Réseaux jésuite africain de lutte contre le sida) pour 26 personnes (13 jésuites, 12 membre du personnel du CEL et une religieuse ivoirienne du centre SIDA du JRS). Le CEL incite au plaidoyer pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination des personnes infectées depuis 2007 ; il a initié également des recherches sur les pratiques traditionnelles susceptibles d’influencer la lutte contre le SIDA et des enquêtes psycho-sociales sur le VIH, le comportement sexuel des jeunes et sur la nutrition des PVVIH.

Grâce aux nombreux appuis provenant de la Compagnie et d’autres structures humanitaires et de généreux bienfaiteurs, le CEL contribue vaille que vaille à semer l’espérance en promouvant une approche globale de qualité, impliquant les populations elles-mêmes dans leurs efforts de combattre les effets néfastes de ce fléau. Le grand défi demeure de trouver des partenaires financiers et dans l’action au niveau international (et pas moins national), en dehors du cercle de l’Eglise, pour la bonne marche des activités identifiées et retenues dans le Plan d’Action du CEL.

Agide GALLI, SJ
Supérieur de la Communauté Jésuite de Lomé

Geodherbe Daljury KONDANI, SJ
Directeur du CCL

Bernard HOUNNOUGBO, SJ
Directeur du CEL